Accueil Societé Dialogue informel de Tunis sur le Pacte Mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières (PMM)

Dialogue informel de Tunis sur le Pacte Mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières (PMM)

0
0

La Tunisie a accueilli un dialogue informel de haut niveau sur le pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières. Le dialogue a réuni les principales parties prenantes dans le domaine des migrations représentant 18 pays.

Faisant suite à différentes consultations régionales et une consultation nationale tenue à Tunis en Mai dernier, le dialogue informel de Tunis s’est tenu du 04 au 5 juillet 2018 et a réuni 45 représentants de gouvernements, d’organisations internationales et de la société civile. Le dialogue a été organisé par le Gouvernement Tunisien, en partenariat avec l’OIM, organisme des Nations Unies chargé des migrations en Tunisie.

« Il faut que la migration soit traitée comme une grande opportunité, et, lorsque bien gérée, la possibilité de constituer un monde meilleur et pour l’avenir de tous, ensemble » a déclaré Katariina Leinonen, chargée d’affaire de la Délégation de l’Union Européenne à Tunis,  en confirmant l’engament très ferme de l’UE pour le Pacte mondial pour la migration, qui permettrait de partager des points de vue très diversifiés sur une des questions clés auxquelles la communauté internationale doit faire face.

Dans un contexte migratoire de plus en plus complexe, le monde compte aujourd’hui environ 258 millions de migrants internationaux dont 65 millions contraints de se déplacer en raison de conflits. Le pacte mondial pour la migration constituera le premier accord global sur les approches des états en termes de mobilité humaine et ce à travers un ensemble de principes communs de et de mesures concrètes qui couvriront tous les aspects en lien avec la migration.

« Cette augmentation des chiffres n’est pas étonnante, dans un monde qui est de plus en plus peuplé, dans un monde où les communications sont plus faciles, où l’information circule de façon plus rapide mais aussi où les inégalités se creusent. » a dit Diego Zorilla, Coordinateur résident du Système des Nations Unies en Tunisie, « nous avons besoin de rencontres comme celle-ci ou les politiciens et les administrateurs se échangent avec les chercheurs pour réussir à élever le débat autour de la migration et dépasser des positions malheureusement pamphlétaires qui dominent le débat dans beaucoup de nos sociétés aujourd’hui. Les migrations devraient répondre à des choix personnels et être une expression des libertés individuelles » a fini M. Zorilla.

« Pour la Tunisie qui compte actuellement 1 million 200 mille Tunisiens qui vivent dans d’autres pays et 60 000 étrangers vivant sur le sol tunisien, il est impératif de renforcer les mécanismes de gestion et de gouvernance des migrations ainsi que les mécanismes de mesure et de suivi pour garantir l’efficacité du Pacte » a déclaré de son côté M. Adel Jarboui, Secrétaire d’Etat chargé de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger.

Les deux jours de dialogue se sont articulés autour de sessions thématiques au cours desquelles un panel composé d’un membre du Syndicat des chercheurs, un représentant de la société civile, deux États et/ou une organisation onusienne étaient invités à donner leurs perspectives sur chaque thématique, avec ensuite, une discussion ouverte avec le reste des participants.

Les principales questions abordées relevaient de 1. Migrants en situation de vulnérabilité au regard des motivations qui ont guidé les Etats à adopter un PMM, 2. Migration et développement, 3. Mise en œuvre du PMM et 4. Suivi et examen du PMM.

« Nous vivons un moment important de l’histoire du multilatéralisme. Cette montée de l’ampleur des mouvements et des pertes en vies humaines des réfugiés et des migrants que nous avons vécues ces dernières années a mis en lumière la nécessité pour nous tous d’examiner de manière critique nos approches et nos attitudes face au mouvement des gens pour réfléchir à ce que nous pouvons faire différemment et ce que nous pouvons mieux faire. » a souligné Mme Erica USHER, Conseillère principale en politiques sur le PMM, Bureau du Directeur Général, OIM Genève.

Fehd Trimech, Coordinateur général du cabinet du Secrétaire d’Etat chargé de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger, a réaffirmé que les migrations étaient hautement bénéfiques pour tous du moment que bien gérées dans le respect de la dignité humaine. « Le Pacte mondial est une opportunité unique de combler les lacunes existantes dans la gestion des migrations et de réfléchir sur des visions de long terme pour des solutions durables., a déclaré Trimech.

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui devra être adopté lors d’une conférence internationale prévue au Maroc les 10 et 11 décembre 2018, offre à la communauté internationale l’occasion d’envisager un avenir commun dans lequel les migrations sont sûres, ordonnées et régulières, et de définir les mesures à prendre pour donner corps à cette vision.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Societé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Un passager consomme tranquillement des figues de barbarie (Hindi) dans un avion de Tunisair

En inspectant l’avion de la compagnie aérienne nationale TUNISAIR, vol Tunis-Paris, …