Accueil Societé affaires sociales Paris brûle-t-il ?… Paris brûle…et l’instauration de l’état d’urgence n’est pas écartée !

Paris brûle-t-il ?… Paris brûle…et l’instauration de l’état d’urgence n’est pas écartée !

0
0

Les choses semblent avoir de nouveau échappé au contrôle des autorités françaises à Paris, ce samedi 1er Décembre 2018, notamment aux Champs-Élysée et dans d’autres régions parisiennes, suite aux manifestations élargies des ‘Gilets jaunes’ qui ont connu une nouvelle escalade pour se transformer en une crise politique majeure.

Se trouvant à l’extérieur du pays, précisément à Buenos Aires (Argentine), à l’occasion de sa participation au G20 dont les travaux se sont achevés ce samedi, le président français Emmanuel Macron a annoncé dans la nuit qui’l comptait convoquer ce dimanche une réunion d’urgence à l’Élysée.

Les chaînes de télévision ont retransmis des scènes de guérilla urbaine à Paris, et l’ampleur des violences ayant causé une centaine de blessés aurait incité le Premier ministre Edouard Philippe à annuler son déplacement en Pologne où il devait prendre part au sommet sur le climat COP 24. On relève l’arrestation de 287 personnes…

Macron se réunira aujourd’hui avec le Premier ministre Edouard Philippe et le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, en vue de trouver une réponse et des solutions à un mouvement qui semble avoir échappé à tout contrôle.

Encore une fois, des voitures ont été retournées et brûlées, des restaurants incendiés, et également des magasins pillés dans Paris, et des manifestants ont même réussi à grimper en haut de l’Arc de Triomphe, alors que ses portes et ascenseurs étaient hautement sécurisés par la police.

Le président de la République a également déclaré que « Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ne veulent aucune amélioration, ils veulent le chaos. Ils seront identifiés et tenus responsables de leurs actes devant la justice« .

Le ministre de l’Intérieur français n’a pas écarté la possibilité de décréter l’état d’urgence, dispositif créé en 1955 au moment de la guerre d’Algérie, donnant des pouvoirs étendus d’enquête et d’intervention aux policiers, et permettant la mise en place d’un couvre-feu. Instauré après les émeutes de 2005 et les attentats de 2015, son retour n’est pas exclu par le gouvernement pour éviter de nouvelles scènes de violences comme celles vécues samedi 1er décembre.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans affaires sociales

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

La CNSS et la CNRPS redevables à la CNAM de 4200 millions de dinars

Les dettes des caisses de sécurité sociale et de prévoyance sociale au profit de la Caisse…