Accueil Politique Parlement L’Intégration de la notion de violence politique dans les textes internationaux et régionaux

L’Intégration de la notion de violence politique dans les textes internationaux et régionaux

0
0

Dans le cadre de son projet « Divulguer la notion de la violence politique à l’égard de Femmes », en partenariat avec Heinrich Böll Stiftung Afrique du Nord Tunis (HBS), la Ligue des Électrices Tunisiennes (LET) organise une conférence, lundi 24 décembre 2018, à 10h00, à l’hôtel Africa-Tunis.

Il s’agit d’un plaidoyer  en vue  de l’adoption d’une convention cadre relative aux droits des femmes auprès de l’Union Africaine, pour « l’Intégration de la notion de la violence politique dans les textes internationaux et régionaux»

Étant donné que la LET était parmi les Associations qui ont milité pour l’adoption d’une loi organique contre la violence faite aux femmes en application de l’article 46 de la constitution, et dans cette perspective, la LET a pris l’initiative  d’intégrer la violence politique comme un crime pénalisé dans cette loi.

Le plaidoyer se présente comme suit :

–  Modifier les textes internationaux afin d’ajouter la notion de la violence politique basée sur le genre.

–  Transformer la déclaration sur l’élimination de toutes formes de violence à l’égard des Femmes en une convention contraignante

–  Les Domaines d’application des décisions de protection.

– Œuvrer pour la prise en considération de la représentativité des femmes dans les postes de décision, comme l’un des critères d’un État de droit, un État qui respecte les principes des droits humains et  la démocratie.

Comme déjà mentionné ci-dessus, on veut plaider notre cause pour « L’Intégration de la notion de la violence politique dans les textes internationaux » et notamment pour une  Campagne de sensibilisation nationale régionale et internationale pour revoir les instruments internationaux en matière des droits des femmes.

Il est à rappeler que la Ligue des Électrices Tunisiennes travaille à préserver les acquis de la femme tunisienne, en garantissant ses droits fondamentaux à la liberté, à l’égalité et à la dignité et ce, dans l’exercice effectif de la citoyenneté et également à améliorer la capacité des femmes à la participation effective aux affaires publiques, en particulier à la politique, en tant qu’électrices observatrices et candidates.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Parlement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

NEBRAS : Communiqué de presse « Faciliter l’accès des victimes de la torture à la réhabilitation »

Les années s’écoulent et la question de la torture en Tunisie demeure l’un des probl…