Accueil économie Les banques tunisiennes réalisent de gros bénéfices, dépassant les 1166 millions de dinars, alors que le pays se débat dans une crise économique !

Les banques tunisiennes réalisent de gros bénéfices, dépassant les 1166 millions de dinars, alors que le pays se débat dans une crise économique !

0
0

Presque toutes les banques tunisiennes ont achevé l’exercice 2018 avec une augmentation significative de leur chiffre d’affaires, réalisant une croissance stable de leurs bénéfices, ce qui a semé la confusion dans l’esprit des Tunisiens, en particulier des observateurs dans les affaires financières et économiques, considérant que le pays, avec toutes ses institutions, traverse une grave crise financière et ce pendant plus de huit années consécutives, avec blocage de tous les dynamos de l’économie réalisant la valeur ajoutée, à l’instar de l’exportation et de l’investissements.

A titre d’exemple, 18 banques actives en Tunisie ont réalisé des bénéfices en 2017, pour une valeur totale de 1166 millions de dinars, tandis que 5 autres banques ont accusé des pertes de 107 millions de dinars, selon les mentionnées dans la conclusion du rapport de contrôle de la Banque centrale de Tunisie, de l’année 2017.

De nombreux experts ont confirmé que les profits générés par les banques privées expliquent leur exploitation aux dépens des institutions appartenant à l’État dans le secteur, et ce en raison des politiques monétaires adoptées en Tunisie. Après l’indépendance de la BCT, auprès de laquelle l’État empruntait, quand il le fallait, pour des financements et à un taux préférentiel ne dépassant pas 1%, c’est aux banques privées que l’État s’adresse aujourd’hui pour emprunter de l’argent à un taux d’intérêt élevé, tournant entre 7 et 8%, ce qui permet à ces banques de réaliser des profits mirobolants jusqu’à ce qu’une proportion importante de ses ressources fût destinée aux crédits de consommation.

Les experts ont appelé à la révision des politiques monétaires dictées par des institutions financières internationales libérales, tel que le Fonds monétaire international. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé avec la Tunisie, car le FMI oriente ses recommandations vers une indépendance de la Banque centrale, d’une part, et minimiser le rôle de l’État dans la dimension de développement, jusqu’à l’abandonner définitivement, d’autre-part.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans économie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Le CEPEX et l’Ambassade de Tunisie en Corée du Sud participent à la foire mondiale des produits alimentaires «Gwangju International Food Fair 2019»

En collaboration avec le CEPEX, l’ambassade de la République tunisienne en Corée du …