Accueil Politique Le Président de la République prononce un discours du haut de la tribune du Conseil des Droits de l’Homme à Genève

Le Président de la République prononce un discours du haut de la tribune du Conseil des Droits de l’Homme à Genève

0
0

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a prononcé un discours, ce lundi 25 Février 2019, à Genève, à l’occasion de sa participation à la séance de haut niveau de la 40ème session du Conseil des Droits de l’Homme, lors duquel le Chef de l’État a souligné, en particulier, l’engagement indéfectible de la Tunisie aux principes et valeurs universels des droits de l’homme, et son soutien envers tous les efforts et initiatives visant à les améliorer davantage, dans l’intérêt des justes causes et dans le renforcement des éléments de la paix et de la sécurité dans le monde.

 

 

Il a également souligné que la Tunisie tenait à renforcer le système des droits de l’homme, à travers les textes et dans la réalité, depuis le début de son expérience démocratique, convaincue de son importance dans l’instauration de l’État de droit et des institutions, et du maintien de la paix sociale.

Dans ce contexte, BCE a souligné que la Constitution tunisienne est progressiste et inclue tous les droits et libertés, ainsi que l’égalité entre tous les citoyens, conformément aux normes internationalement reconnues, ajoutant qu’étant le garant de la constitution, il a prit l’initiative de présenter une proposition pour établir l’égalité dans l’héritage entre hommes et femmes, comme continuité de l’orientation réformiste moderne qui distingue la société tunisiennes à travers son histoire et en application au statut privilégié qu’occupe la femme et sa contribution active à l’économie et à la paix sociale.

 

 

Il a indiqué entre-autres que les droits de l’homme sont interdépendants et indivisibles, considérant qu’il n’y a pas de démocratie sans égalité ni développement réel et sans éliminer la discrimination entre hommes et femmes.

Le Président de la République a précisé qu’il a présenté cette initiative en toute responsabilité, convaincu qu’elle est conforme à la Constitution et à son esprit, ainsi qu’à la philosophie et aux principes des droits de l’homme, affirmant que son adoption constituerait un nouveau tournant dans l’histoire moderne de la Tunisie en tant qu’État civil fondé sur la citoyenneté et la volonté du peuple.

 

Le président de la République a rencontré par la suite le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et le haut-commissaire aux droits de l’homme, Michele Bachelet.

Antonio Guterres a souligné l’appréciation de l’ONU pour la jeune expérience démocratique en Tunisie et son soutien aux efforts déployés par notre pays pour réaliser le développement durable conformément au programme de développement à l’horizon 2030 et pour lutter contre les phénomènes de terrorisme, de violence et d’immigration clandestine.

Pour sa part, BCE a rappelé le soutien de la Tunisie aux efforts des Nations unies pour régler les différends internationaux, rétablir la paix, faire respecter les principes des droits de l’homme et de la démocratie dans le monde et sa volonté de jouer un rôle actif dans ce domaine par le biais de sa candidature au Conseil de sécurité des Nations unies pour la période 2020-2021.

La réunion a également abordé les derniers développements dans la région dans le contexte de l’organisation par la Tunisie à la 30e session du Sommet arabe, en particulier la situation en Libye, et a réaffirmé sa volonté de soutenir le processus politique global et d’accélérer le consensus entre les différentes parties libyennes.

Par ailleurs, la rencontre du Président de la République avec le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Michele Bachelet, a examiné l’évolution du système des droits de l’homme en Tunisie et l’implication de notre pays dans la plupart des accords internationaux dans ce domaine.

Le Haut-Commissaire a salué le niveau de coopération entre la Tunisie et la Commission et a salué les efforts de notre pays dans le domaine de la démocratie, l’État de droit et des institutions, en renouvelant sa volonté de continuer à soutenir la Tunisie dans tous les domaines. Mme Bachelet a également exprimé sa reconnaissance pour l’initiative d’égalité dans l’héritage, considérée comme un pas important dans la bonne direction pour parvenir à l’égalité des sexes.

Le président de la République a souligné l’adhésion de notre pays à l’approche démocratique et son attachement à la garantie et à la protection des droits et libertés publics et individuels. Il a ajouté qu’elle était actuellement engagée dans la réalisation de la transition économique souhaitée en partageant toutes les capacités et tous les composants nationaux, en particulier les femmes. Il a également souligné que la Tunisie, en tant que membre du Conseil des droits de l’homme pour la période 2017-2019, œuvre a ce que la communauté internationale soit informée de l’expérience tunisienne et bénéficier des expériences internationales dans les domaines liés aux droits de l’homme.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Politique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Kaïs Saïed à l’ouverture du Dialogue politique libyen à Tunis

Le président de la République, Kais Saied, a supervisé l’ouverture des travaux du Fo…