Accueil Societé L’OIM condamne les violences récentes dans le centre de détention libyen « Trig al Sikka » à Tripoli

L’OIM condamne les violences récentes dans le centre de détention libyen « Trig al Sikka » à Tripoli

0
0

L’Organisation internationale de la migration (OIM) s’est exprimée aujourd’hui contre la violence déclenchée contre les migrants au centre de détention Trig Al Sikka de Tripoli, en Libye.

 

 

«Nous condamnons le recours à la violence en détention et demandons un accès urgent aux personnes qui ont été évacuées de ce centre de détention», a déclaré Mohammed Abikder, directeur des opérations et des situations d’urgence de l’OIM.

Selon des informations rapportées, des migrants détenus – plusieurs depuis des mois – ont manifesté mardi dernier (26 février) et ont été sévèrement punis. Ces actions ont abouti à une confrontation avec les gardes et à une escalade de la violence.

L’incident a fait plusieurs blessés parmi les migrants ainsi que des gardes. L’équipe médicale de l’OIM – un médecin et une infirmière – a fourni une assistance médicale et des traitements aux blessés.

«L’OIM continue de réclamer des alternatives à la détention. Placer des migrants en détention pour entrée irrégulière ajoute à leurs nombreuses vulnérabilités. La situation est particulièrement difficile pour les femmes et les enfants », a expliqué Abikder, de l’OIM. «Quelles que soient les circonstances qui ont conduit à cet incident, la violence à l’égard des migrants ne peut être justifiée

L’ONU n’a pas accès aux migrants qui ont été transférés de l’installation de Trig Al Sikka, mais l’OIM continue d’offrir des services de base qui sauvent des vies dans les centres de détention officiels.

L’OIM collabore avec des partenaires des Nations Unies pour aider les migrants à retourner dans leur pays d’origine et améliorer les références pour des solutions alternatives, notamment la réinstallation des personnes ayant besoin d’une protection internationale.

L’Organisation, avec l’équipe de pays des Nations Unies, a encouragé des solutions de substitution à la détention par le biais de campagnes de sensibilisation et de la création d’espaces sûrs pour répondre aux besoins des plus vulnérables.

De plus, il y a environ 48 mois, en mars 2015, l’OIM facilitait le retour humanitaire volontaire de dizaines de milliers de migrants vulnérables résidant dans des centres de détention gérés par les autorités libyennes dans leur pays d’origine. Au cours des quatre dernières années, l’OIM a rapatrié au total plus de 40 000 hommes, femmes et enfants de ces centres – et d’autres localités en Libye – dans plus de trente pays.

Communiqué de l’OIM

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Societé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

NEBRAS : Communiqué de presse « Faciliter l’accès des victimes de la torture à la réhabilitation »

Les années s’écoulent et la question de la torture en Tunisie demeure l’un des probl…