Accueil Politique Diplomatie Al Qods al-Arabi, fait parler le Chef de la diplomatie tunisienne à l’occasion du Sommet arabe

Al Qods al-Arabi, fait parler le Chef de la diplomatie tunisienne à l’occasion du Sommet arabe

0
0

Le ministre des Affaires étrangères, Khémaïes Jhinaoui, a accordé une interview, ce mercredi 27 Mars 2019, au journal « Al Qods al-Arabi », dans le cadre de l’organisation à Tunis du 30ème Sommet arabe.

Voici ci-après quelques réponses du ministre des Affaires étrangères en réponse aux question des deux journalistes d’Al Qods al-Arabi, Sana al-Aloul et Raoua Kacem :

– L’intérêt pour la question de la Palestine a connu un recul sur la scène internationale et arabe et le message du sommet de Tunis sera d’accorder de nouveau un intérêt particulier à l’affaire palestinienne, et il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un problème primordial pour le monde arabe.

– Depuis 1967, le Golan est considéré par les Nations Unies comme un territoire syrien occupé et chaque action entreprise par Israël en tant que puissance coloniale est nulle et non avenue.

– La Syrie est un État essentiel au sein de la communauté arabe et fait partie des États fondateurs de la Ligue arabe.

 

– La réunion du Quartet autour du dossier libyen, qui se tiendra à Tunis le 30 mars à l’invitation de la Ligue arabe en marge du sommet de Tunis, constitue une occasion importante de faire avancer le règlement politique dans ce pays frère.

– La Tunisie estime que la stabilité de la situation en Libye et son redressement auront un impact positif sur la situation économique en Tunisie et dans la région.

 

– Le peuple algérien est cultivé et nous entretenons de bonnes relations avec ce peuple frère et voisin, nous coopérons étroitement dans la lutte contre le terrorisme ; l’Algérie nous a soutenus dans de nombreuses situations afin de recouvrer notre santé, le Front de libération nationale algérien (FLN) a vécu pendant des années en Tunisie et notre sang est mélangé et nous sommes sûrs que les Algériens sortiront de leur crise actuelle.

 

– L’instauration des droits de la femme en Tunisie n’est pas nouveau, car la conscience de l’importance de développer le statut de la femme est l’une des traditions de notre pays et le Zaïm Habib Bourguiba, lorsqu’il a commencé à moderniser le statut de la femme, s’est basé sur un grand patrimoine culturel.

Interview intégrale sur Al Qods al-Arabi

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Diplomatie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Le Monde écrit à propos de Kais Saïed : Ses détracteurs le soupçonnent d’être un cheval de Troie du parti islamo-conservateur Ennahda

Dans un article publié sur le site électronique du journal français « Le Monde« , le journ…