Accueil News Médias Sondages d’opinion en Tunisie : un secteur à organiser pour protéger le processus démocratique

Sondages d’opinion en Tunisie : un secteur à organiser pour protéger le processus démocratique

0
0

Les participants à un atelier de dialogue sur « les sondages d’opinion, la politique et les médias en Tunisie » ont déclaré que les sondages d’opinion avaient suscité des controverses sur la scène politique, ce qui avait incité de nombreux Tunisiens à se méfier de leurs résultats, ce qui nécessitait l’organisation de la publication des sondages d’opinion dans les médias.

Les sondages sont révélateurs de la vie démocratique

Dr Sadok Hammami, Professeur conférencier à l’Institut du journalisme et des sciences de l’information, qui a dirigé l’atelier organisé par les étudiants à la maîtrise en sciences des médias et de la communication, le mercredi 17 Avril 2019, a souligné la nécessité de distinguer les concepts de « sondage d’opinion » et de « mesure du public », soulignant la confusion entre les deux concepts, tout en attirant l’attention sur le fait que la mesure du public est une activité indépendant en soi.

Hammami a souligné l’importance des sondages d’opinion dans le processus politique en tant qu’indicateur de la vie démocratique, critiquant les attitudes visant à empêcher la publication de sondages d’opinion.

Il a ajouté « La publication de sondages d’opinion ne doit pas être empêchée, mais elle doit être réglementée pour permettre au public d’accéder à davantage d’informations dans un contexte de transparence ».

Afin de garantir la transparence des sondages d’opinion effectués par les bureaux d’études spécialisés en sondage, il a insisté sur la nécessité pour ces bureaux de publier, financer et mener le sondage, en citant l’échantillon et la marge d’erreur. Hammami s’est posé la question : dans quelle mesure ces bureaux ont-ils l’audace de mener un sondage sur la confiance des Tunisiens en leurs sondages d’opinion ?

Importance du mécanisme d’autorégulation pour réglementer le secteur des sondages

De son côté, Nabil Belaam, Directeur du cabinet « Emrhod consulting », n’a pas caché l’existence d’une controverse sur les résultats des sondages, en particulier à l’approche des élections. Il a souligné que le « vote timide » contribue à faire des erreurs au niveau des résultats.

Il a souligné que des répondants cachent leur intention de voter pour un tel parti, comme ce fut le cas lors des élections à l’Assemblée nationale constituante de 2011, avec la remontée de « El Aridha Chaabia » devenue après « Tayar al mahaba ».

Afin de limiter les violations commises par les bureaux de sondages, Belaam a proposé le mécanisme d’auto-révision du secteur et la création d’un comité de sondages qui soit composé de statisticiens, de juristes et de spécialistes des médias qui interviendraient pour prévenir les abus. Il a nié que le projet de loi sur « l’organisation, la conduite et la diffusion des sondages d’opinion » soit une solution viable pour prévenir les violations dans le secteur.

Il a indiqué également que les médias assument une partie de la responsabilité de l’analyse des résultats des sondages d’opinion, les invitant à vérifier la structure des questions.

Les résultats du sondage sont mitigés

Le secrétaire général du Parti Courant démocratique et député du bloc démocratique à l’Assemblée des représentants du peuple, Ghazi Chaouachi, a considéré que les résultats des sondages publiés par les cabinets spécialisés en partenariat avec certains médias étaient incorrects et les a qualifiés comme « un processus d’escroquerie, de triche et d’orientation de l’opinion publique ».

Il a ajouté qu’il existe un processus de « manipulation et de tentative de crédibilité des résultats des sondages d’opinion », ajoutant que « le processus démocratique est menacé » si la publication des sondages n’est pas organisée.

Chaouachi a accusé la coalition au pouvoir de retarder l’examen du projet de loi sur « l’organisation, la conduite et la diffusion des sondages d’opinion », du fait qu’il est situé en tête des résultats.

Sondages secteur aléatoire

La journaliste d’Assabah Monia Arfaoui a évoqué la difficulté de son accès aux informations relatives à l’échantillonnage objet du sondage, la méthode de formulation des questions, la partie ayant demandé et financé ce sondage.

Elle a ajouté que la plupart des cabinets de sondages tunisiens « travaillent d’une manière anarchique » et manquent d’objectivité.

A la fin de ce séminaire, il a été mis l’accent sur l’importance d’organiser la diffusion des sondages d’opinion pour protéger la vie démocratique en Tunisie.

Communiqué traduit de l’arabe

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Médias

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

La Télévision Tunisienne fournit de considérables efforts pour permettre à Nabil Karoui de s’exprimer et de participer au débat télévisé du 2ème Tour

L’Institution de la Télévision tunisienne a annoncé que la Haute Autorité Indépendan…