Accueil Politique partis politiques Mehdi Jomaa tient un important meeting populaire à Tozeur

Mehdi Jomaa tient un important meeting populaire à Tozeur

0
0

* Le processus démocratique est menacé par les pratiques du régime actuel à l’égard des médias et de l’opposition

* La tragédie de Sabala est un crime d’État ayant révélé un déclin du rôle de l’État en matière de protection sociale

* Fermer la chaîne Nessma TV d’une manière spectaculaire qui fait peu ne convient pas à un État démocratique et une solution doit être trouvée dans le cadre de la loi

L’ancien chef du gouvernement et président du parti Al Badil Ettounsi (l’alternative), Mehdi Jomaa, qui a tenu ce mercredi 1er Avril 2019 un meeting publique à Tozeur, à l’occasion de la Fête du Travail du 1er Mai, a exprimé sa grande considération à tous les travailleurs tunisiens des secteurs public et privé et à tous les enfants de la Tunisie qui peinent à trouver une vie décente, remerciant surtout les institutions sécuritaire et militaire pour leurs efforts visant à protéger la patrie de tous les dangers qui la menacent compte tenu de la situation interne et régionale actuelle.

 

 

Après avoir rendu hommage aux victimes de l’accident de Sabala, à Sidi Bouzid, Jomaa a estimé qu’il s’agit d’un crime d’État qui a dévoilé la fragilité du système de protection sociale et la faiblesse de la prise de conscience nécessaire envers les catégories faibles et les régions oubliées, mettant la responsabilité sur le dos du pouvoir actuel quant à la tension et à la dégradation économique et du climat politique général dans le pays, ainsi que des menaces ciblant la liberté de l’information et les libertés individuelles.

Jomaa a renouvelé en cette occasion l’intention d’Al Badil Ettounsi de participer aux prochaines élections législatives dans toutes les circonscriptions, invitant dans ce contexte tous les Tunisiens et tunisiennes à s’inscrire, à se porter candidats, et à élire les meilleurs candidats parmi les meilleurs compétences, afin qu’ils participent activement au projet de réforme et de reconstruction dont la Tunisie a besoin aujourd’hui pour se substituer au système d’échec actuel, qui doit impérativement s’en aller, et non pas de se transformer en un parti avec l’appareil de l’État et de ses outils et moyens avec l’idée de reprendre de nouveau le pouvoir.

En abordant le climat politique général dans le pays, Mehdi Jomaa a souligné la nécessité de mobiliser les efforts et les positions de toutes les parties, partis politiques, organisations sociales et de défense des droits de l’homme et de toutes les structures concernées, afin de défendre la liberté d’information et d’expression et de défendre l’Etat de droit et ses institutions

Il a indiquant que l’opération spectaculaire et oppressive utilisée pour fermer la chaîne Nessma TV ne convient nullement à un Etat démocratique ni à ce qu’a concrétisé la Tunisie comme pas sûr pour instaurer la liberté de l’information et achever le processus démocratique devenu aujourd’hui menacé, à la lumière des pratiques du gouvernement actuel et son souhait de faire pression sur les médias, sur ses opposants politiques, dénigrer l’opposition, et le souhait d’utiliser l’administration, les organes de l’Etat et ses institutions ; il a appelé dans le même contexte à la nécessité de s’asseoir à la table du dialogue entre les diverses parties et trouver une solution dans le cadre de la loi pour rouvrir la chaîne de télévision Nessma TV.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans partis politiques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Kamel Morjane : Je n’ai pas encore décidé de briguer la présidence

Le président du parti Al Moubadara, Kamel Morjane, a déclaré qu’il n’a pas enc…