Accueil Societé environnement et écologie Green Lecture #4 – Genre et climat en Tunisie : Pour une prise en compte effective du rôle et des rapports sociaux dans l’action climatique

Green Lecture #4 – Genre et climat en Tunisie : Pour une prise en compte effective du rôle et des rapports sociaux dans l’action climatique

0
0

Quel rôle pourrait et devrait jouer la question du genre face à celle du changement climatique ? La relation entre changement climatique et genre, est-elle sous-estimée dans les politiques climatiques tunisiennes ? Quelles sont les solutions envisageables et celles urgentes pour une meilleure prise en considération de l’aspect genre dans les politiques climatiques tunisiennes ? Autant de questions auxquelles tentera de répondre la fondation Heinrich Böll à l’occasion de son traditionnel rendez-vous, Green Lecture dans sa quatrième édition.

Organisé sous le thème : « Genre et climat en Tunisie ! Pour une prise en compte effective du rôle et des rapports sociaux dans l’action climatique », Green Lecture #4 se tiendra  donc le mardi 15 octobre 2019 à partir de 18h00, à la Cité de la culture de Tunis, avec pour invitée d’honneur, Mme Yvette Abrahams (Afrique du Sud),  professeur à l’Université du Cap et à l’Université de Western Cape, militante féministe et membre de Gender and Climate Change, réseau mondial d’organisations, d’experts et de militantes œuvrant pour l’égalité des sexes, les droits des femmes et la justice climatique.

Impliquée dans Gender CC depuis 2010, Mme Yvette Abrahams travaille comme conseillère spécialisée pour le Projet 90 by 2030, une organisation œuvrant pour la transition vers une société équitable et à faible teneur en carbone en Afrique du Sud. Elle a collaboré avec le gouvernement et diverses ONG sur des questions relatives à l’égalité des sexes dans les politiques et les pratiques liées au climat. A l’occasion de Green Lecture #4, la conférencière fera une présentation d’une trentaine de minutes sur l’ampleur du sujet de point de vue général et africain avant que les panélistes tunisiennes ne fassent le lien avec une approche sectorielle propre au contexte tunisien.

Ces dernières traiteront, par la suite, le sujet au niveau national et sectoriel, à savoir le secteur de l’énergie, de l’agriculture, de l’eau, etc., alors que Mme Yvette Abrahams devrait également évoquer les différences au niveau de l’impact des changements climatiques sur les hommes et sur les femmes selon leur rôle dans la société et dans leur famille. Il sera par conséquent plus adéquat de mettre en place des mesures et des politiques qui prennent en considération ces différences ainsi que le statut socio-économique.

En effet, les femmes et les hommes contribuent différemment aux causes du changement climatique. Les empreintes carbones individuelles sont le produit de rôles, de responsabilités et d’identités spécifiques ayant rapport au genre. D’autre part, le changement climatique affecte différemment les femmes et les hommes, en raison de la particularité de leurs rôles sociaux et des différences de responsabilité qui leur incombe. Les femmes sont ainsi plus vulnérables aux effets du changement climatique.

Même différences également au niveau politiques et mesures relatives au climat. En raison de facteurs socio-économiques divergents, tels que les disparités de revenus et de choix professionnel, les femmes et les hommes sont différemment touchés par ces mesures. Green Lecture #4 s’attellera donc à mettre en exergue, entre autres, le fait que la politique climatique doit prendre en compte et intégrer les dimensions de genre afin de devenir plus efficace et de respecter les droits de l’homme.

 

 

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans environnement et écologie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Le Président de la BAD lors de l’Assemblée générale de l’ONU : « Le charbon n’a plus sa place en Afrique, l’avenir est aux énergies renouvelables »

Akinwumi Adesina a annoncé le déploiement, en 2020, d’un plan de 500 millions de dollars a…