Accueil Politique Déboussolé, Rached Ghannouchi se trouverait dans l’embarras !

Déboussolé, Rached Ghannouchi se trouverait dans l’embarras !

0
0

Après la débandade et la débâcle vécue par le mouvement islamiste Ennahdha, lors des deux opérations électorales des présidentielles anticipées, aussi bien que des législatives, le président du parti Rached Ghannouchi, qui aurait déjà entamé des négociations en vue d’aboutir à la formation du prochain gouvernement, serait encore indécis quant à la « personnalité » à qui confier le poste de « Chef du gouvernement ».

Certes, les consultations et discussions au sein du Conseil de la Choura se poursuivent, tant bien que mal, et les divergences n’ont pas tardé à revenir à la surface, sachant que les membres se retrouvent « divisés » vis-à-vis de toute proposition venant de l’intérieur du mouvement, comme par exemple la proposition de nommer Zied Laadhari à ce poste.

Certains auraient même proposé Abdelkrim Harouni, le président actuel du Conseil de la Choura, d’autres espèrent voir en R. Ghannouchi le « Chef du gouvernement » adéquat, alors que Ghannouchi lui-même tend à assumer la responsabilité de « Président du Parlement », et de là tenir en mains pratiquement toutes les ficelles du pouvoir législatif.

Mais le grand problème, c’est que le patron du mouvement Ennahdha, qui a été rudement déboussolé par la victoire de Kais Saïed, un scrutin qui n’avait pas été ni prévu et ni calculé, souhaiterait réellement faire « éviter » à son mouvement « toute responsabilité politique directe », et chercherait semble-t-il un « Chef de gouvernement pro-Karoui » !

La très dangereuse crise économique et sociale à laquelle les nouveaux responsables politiques devraient trouver de toute urgence des solutions draconiennes, donne incontestablement le frisson à Ennahdha et à ses dirigeants, d’abord il faudra chercher illico 47 Milliards de dinars pour le Budget 2020, chercher également des investisseurs et des bailleurs de fonds (sachant que personne ne voudrait prêter encore à la  Tunisie classée « insolvable »), faire face entre-autres à l’endettement du pays, au déficit commercial, à la dépréciation du Dinar tunisien, aux graves difficultés financières des Caisses sociales (menaçant directement les pensions de retraite), trouver de l’emploi aux jeunes, etc…

 

 

Toute cette situation jugée désastreuse fait vraiment PEUR à Rached Ghannouchi et à ses co-équipiers, et ils ne voudraient pas supporter la « responsabilité future » de ce qui adviendra dans les prochaines années, ils craignent un nouvel échec politique.

Quant au président du parti Qalb Tounès, Nabil Karoui, cette défaite et les mésaventures vécues par lui durant l’élection présidentielle ne l’auraient probablement qu’endurci, tenant à devenir le Président de l’opposition au parlement.

 

Nabil Karoui en réunion avec les députés du Bloc parlementaire de son parti Qalb Tounes

 

Attendons voir…

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Politique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Taïeb Baccouche : Les 5 chefs d’Etat maghrébins se réuniront pour la 1ère fois depuis 25 ans, lors de la prochaine Conférence de l’Union africaine à Addis-Abeba

Il s’agit là d’une affirmation qui vient directement du Secrétaire général de l’Unio…