Accueil News Médias culture Arts La pièce de théâtre « Loups solitaires » : Cri d’une société dans une réalité sourde

La pièce de théâtre « Loups solitaires » : Cri d’une société dans une réalité sourde

0
0

L’obscurité imprègne la salle du 4ème Art, une voix émanant du public hurle : je suis le fauteur, je suis le pécheur, je suis le menteur, je suis le criminel, je suis le silencieux. Avec des pas instables, l’individu avance vers la scène sur un ton de colère, dominé par la tristesse et la douleur, et probablement Walid Daghsni voulait dire que cet acteur est l’un de vous, il est l’un des fragments de la diaspora dans laquelle nous vivons aujourd’hui… « Loups solitaires », est le nom de la pièce de théâtre de l’écrivain et metteur en scène Walid Daghsni. Elle a été présentée trois jours consécutifs, les 17, 18 et 19 Janvier 2019 à la salle du 4ème Art à Tunis. Elle a été jouée par six acteurs masculins.

Une pièce produite par le Centre des arts dramatiques et scéniques du Kef, avec le soutien du ministère des Affaires culturelles Des personnages se déplaçant sur la scène noms, ni histoire intégrée à raconter, mais ils sont allés au-delà des règles anecdotiques pour dépeindre la terrible réalité tunisienne avec ses problèmes et ses détails, car cette pièce représente des tableaux théâtraux dans des moments tronqués et incomplets, mais elle a pu aborder plusieurs problèmes vivants, dont les plus importants sont le terrorisme, les médias et la scène politique, la jeunesse au chômage, ainsi que le rêve européen, en plus du taux de suicide .. Une comédie noire avec laquelle le public ne s’est pas empêché de rire, mais à travers elle il s’est rappelé les dernières années en Tunisie, que le spectacle a présenté avec ironie en atteignant sont but, car le réalisateur a réussi à atteindre l’objectif ultime du théâtre, qui est de lever le voile sur les blessures laissées par le terrorisme, dont l’auteur a tiré le nom de la pièce.

Une obscurité profonde s’est imposée sur la scène du 4ème Art, intervertie par certaines lumières et des respirations et des cris intermittents, une musique forte accompagnée de danses turbulentes cherchant à sortir de la réalité des maux de tête, des échos de la douleur et du silence de l’avenir, respirant avec difficulté un désir de vie malgré son rêve de mort et de la fuite du monde et de l’argent, et des mensonges des politiciens et l’expiation des terroristes et leurs fausses fatwa. Ce mélange de sentiments contradictoires a rendu le spectateur étonné par l’ingéniosité des acteurs et l’intrigue théâtrale cohérente, malgré l’absence d’une histoire qui l’a encadrée, mais le sujet et le problème sont clairs, elle incitera le spectateur à y réfléchir attentivement à la fin du spectacle. A noter que le choix d’une actrice chez les loups célibataires a été prémédité, car la femme a toujours un rôle important et influent à jouer. Dans une déclaration accordée à Tunivisions, Walid Daghsni a démontré qu’il a souhaité, à travers cette pièce, le démantèlement du terme « loups solitaires » qui a récemment conquis le printemps arabe et l’a repositionné sous plusieurs autres angles politiques, sociaux et psychologiques.

Charger plus d'articles
Charger plus par Tunivisions.net
Charger plus dans Arts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Chedi Amir le chanteur tunisien

Chedi Amir de son vrai nom Chadhli Agoun ou Chedly Aggoun est un ingénieur, chanteur, et p…