Accueil économie finances L’Etat emprunte 455 millions d’euros aux institutions financières locales pour mobiliser le budget et stabiliser les réserves en devises de la BCT

L’Etat emprunte 455 millions d’euros aux institutions financières locales pour mobiliser le budget et stabiliser les réserves en devises de la BCT

0
0

Le ministre des Finances et ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale (par intérim), Mohamed Ridha Chalghoum, a supervisé au siège de son ministère à la Kasbah, le vendredi 31 Janvier 2020, en compagnie du Gouverneur de la BCT, Marwane Abbassi, une cérémonie consacrée à la signature d’un accord de prêt en devises avec 17 institutions financières locales, et ce, pour une enveloppe de 455 millions d’euros.

Le taux d’intérêt a été conclu sur cette base :

-2% en cas de remboursement sur 2 ans

-2,25% en cas de remboursement sur 3 ans

-2,75% en cas de remboursement sur 5 ans.

Ce prêt en devises va permettre la stabilité au niveau des réserves en devises de la BCT, d’autant plus que ces devises proviennent en partie des dépôts de non-résidents.

Le ministre a indiqué à cette occasion que ce prêt est destiné à mobiliser des ressources au profit du budget de l’État dans le cadre de ce qui était inclus dans la loi de finances pour l’année 2020 sur les ressources d’emprunt et dans le cadre des équilibres qui ont été approuvés dans le budget de l’État, soulignant que le prêt est une forme de financement approprié en termes de conditions et de coût.

Chalghoum a apprécié le soutien et la coopération manifestés par les banques tunisiennes dans la négociation de l’émission de ce prêt, indiquant les efforts déployés pour activer le marché de l’épargne et fournir des liquidités, ce qui donne de la profondeur aux épargnants et aux emprunteurs.

Pour sa part, M. Marwane Abbassi a rendu hommage aux banques participant à cette opération, exprimant son espoir que l’économie tunisienne connaîtra une croissance et stimulera le niveau d’investissement de manière à contribuer à l’abondance de la production et à la liquidité en devises fortes et en dinars.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans finances

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

La Banque africaine de développement place un emprunt obligataire social, « Combattre le COVID-19 », d’un montant record de 3 milliards de dollars

Une opération historique, la plus importante émission obligataire sociale libellée en doll…