Accueil Divers Sport Quand la Diplomatie sportive s’active à sécuriser la vie de nos élites à l’étranger en temps de Covid-19

Quand la Diplomatie sportive s’active à sécuriser la vie de nos élites à l’étranger en temps de Covid-19

0
0

Si la Diplomatie en politique s’apprend désormais en tant que science dans des académies, la « Diplomatie sportive » est toute autre, elle est innée dans l’esprit de certains êtres imbus des principes du sport en particulier, et de la solidarité humaine en général.

Ce préambule, qui semble n’avoir aucun lien avec la politique, nous transporte au contraire en plein cœur de la politique même, surtout en cette période de COVID-19, car si l’esprit politique se retrouve « embourbé » dans des évènements hors-mesures face auxquels il ne peut réagir au bon moment, l’esprit sportif, quant à lui, qui possède en son fort intérieur ce qu’on qualifie de la « rage de vaincre », réagit autrement et rapidement.

Mais, revenons plutôt à nos « moutons », ou plus exactement à la situation vécue actuellement par certains membres de l’élite sportive à l’étranger, au moment où le monde se trouve bouleversé par la propagation du virus Corona qui a emporté des dizaines de milliers de vies humaines.

En effet, quatre de nos champions, des « haltérophiles » qui sont en stage à Azerbaïdjan, dans le cadre de leur préparation aux Jeux Olympiques Tokyo 2020 (reportés à 2021) et auxquels ils se sont qualifiés, sont toujours « bloqués » au Centre de préparation de la Capitale Baku, et ce, depuis…DEUX MOIS !

Ces champions sont notamment des deux sexes : Karem Ben Hnia, Aymen Bacha, Nouha Landoulsi et Chaima Rahmouni.

Alors que la diplomatie politique a échoué à leur trouver une issue, pour qu’ils reviennent au pays, une initiative a été lancée par le Président de la Fédération tunisienne de Wushu Kung-Fu, Mohamed Adel Zahra, visant à s’enquérir de leur situation, des conditions de leur hébergement à Azerbaïdjan, de les soutenir et de les encourager à garder toujours espoir.

Cette initiative s’est déroulée avec l’approbation même du Président du CNOT Maître Mehrez Boussayène, lequel ne lésine jamais sur les moyens pour intervenir, dans l’intérêt général de nos sportifs comme dans celui de notre chère Tunisie.

Ayant de bonnes relations personnelles et olympiques avec Mme Konul Nurullayeva, membre du Comité olympique d’Azerbaïdjan, la bonne Dame a pris les choses en mains pour aller leur rendre visite dans leur lieu de préparation à Baku, (Capitale d’Azerbaïdjan) pour s’enquérir également de leurs conditions.

A noter que l’entraîneur de l’Equipe nationale tunisienne d’haltérophilie, à savoir l’Égyptien Khaled El Karni, que l’on voit sur la photo avec Mme Konul, fait partie également de la délégation tunisienne à Baku.

Ceci dit, l’objectif de cette initiative est d’arriver à faire garder le moral aux membres de notre Equipe nationale d’haltérophilie, que nous espérons bien voir sur le « podium » à Tokyo, et à les aider à revenir chez-eux « sains et saufs ».

Il importe de remercier chaleureusement Mme Konul Nurullayeva, pour son geste, et surtout M. Mohamed Adel Zahra pour sa noble action, sans oublier pour autant le Président du CNOT.

Qui est M. Zahra ?

 

-Il est membre du Comité National Olympique Tunisien

-Il est membre l’Union internationale de Wushu Kung-Fu, au sein de laquelle il fait partie de la Commission de la promotion

-Il est expert à l’Union sportive Islamique

-Il est également Vice-président de l’Union africaine de Wushu Kung-Fu.

AVEC DES RESPONSABLES ET CITOYENS PAREILS…LA TUNISIE AVANCERA ET ÉVOLUERA SANS LE MOINDRE DOUTE ! 

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Remaniement partiel au sein du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Intégration professionnelle

Dans une déclaration accordée à l’agence TAP par le ministère de la Jeunesse, des Sp…