Accueil Societé Association & organisation Assurer la fourniture des médicaments dans les structures sanitaires publiques et permettre à un million de malades chroniques d’avoir droit au médicament

Assurer la fourniture des médicaments dans les structures sanitaires publiques et permettre à un million de malades chroniques d’avoir droit au médicament

0
0

APPEL AUX POUVOIRS PUBLICS

Malgré les mesures annoncées par le gouvernement dernièrement pour assurer un stock stratégique de l’ensemble des médicaments couvrant une période de plus de trois mois, la réalité montre que ces mesures n’ont pas eu d’impact sur les patients qui consultent dans les centres de santé de base et les hôpitaux publics et qui souffrent plus que jamais d’être privés de leur droit d’accès aux médicaments conformément à leurs modes de couverture sociale. En effet, le manque de médicaments dans les centres de santé de base et les hôpitaux est devenu presque permanent et touche d’une manière sans précédent les médicaments les plus fréquemment utilisés, comme les médicaments de diverses maladies chroniques, les médicaments du système digestif, les médicaments de la douleur, de la fièvre et d’autres maladies (voir liste en annexe).

Les patients concernés appartiennent aux couches populaires et la plupart d’entre eux n’ont pas d’autre recours et restent de ce fait sans traitement. Et même quand ils peuvent acheter dans certains cas leurs médicaments dans les pharmacies privées, c’est généralement de manière partielle et intermittente, en raison du manque de ressources financières qui s’est particulièrement aggravé suite au confinement généralisé.

Il convient de rappeler que la prise régulière de médicaments pour les personnes atteintes de maladies chroniques est une nécessité vitale pour éviter de graves complications de santé, et que le déséquilibre de ces maladies résultant de l’arrêt de l’utilisation régulière de médicaments augmente la gravité du risque d’infection par le Covid-19. De plus, ne pas prendre les médicaments prescrits pour des maladies aiguës ou récurrentes expose à davantage de souffrances et à un recours excessif aux urgences.

Il convient de préciser que les centres de santé de base, dont la plupart reprennent actuellement une activités normale et les hôpitaux de circonscription, sont chargés de délivrer périodiquement des médicaments à plus d’un million de patients chroniques (dont plus de 800000 atteints de diabète et / ou d’hypertension) suivis dans l’ensemble des structures sanitaires publiques. Ces patients chroniques se répartissent entre environ 600 000 patients consultant dans les centres de santé de base et environ 400 000 consultant dans les hôpitaux. Les structures sanitaires de première ligne sont également appelés à fournir des médicaments pour les consultations médicales qu’elles assurent (environ 10 millions de consultations par an, soit les deux tiers de toutes les consultations médicales publiques non urgentes) ainsi que la fourniture des premiers soins nécessaires ( y compris les médicaments) pour plus de 3 millions de patients qui consultent dans les services d’urgence des hôpitaux de circonscription.

Le manque de médicaments dans les structures sanitaires publiques est d’autant plus incompréhensible que la plupart des médicaments manquants sont fabriqués dans notre pays et sont généralement disponibles dans les pharmacies privées. Cette situation donne aux patients concernés le sentiment qu’ils sont des citoyens de seconde zone, étant donné que leurs homologues assurés sociaux dont la situation financière leur a permis de choisir la filière privée de soins ou la filière du remboursement des frais, ont le droit d’acquérir ces mêmes médicaments dans les pharmacies privées avec une prise en charge par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie d’une grande partie de leur coût (selon les dispositions de chaque filière et selon la nature de la maladie). Une telle situation renforce, chez les personnels, le sentiment de la marginalisation en permanence du secteur public de la santé, notamment en ce qui concerne la problématique des médicaments.

Si la pénurie chronique de médicaments en première ligne du secteur public s’explique principalement par la faiblesse des budgets alloués aux médicaments (qui ne couvrent qu’un tiers des besoins) faiblesse en relation avec des choix et des orientations que la société civile a appelé à maintes reprises à réviser, la situation a été aggravée ces derniers temps par le non respect de certains laboratoires de fabrication de médicaments de leurs engagements à l’égard le la Pharmacie Centrale de Tunisie conformément aux résultats des appels d’offres pour les besoins des structures sanitaires publiques ouverts en 2019 (pour 2020 ou 2020-2021) auxquels ils ont participé et qui les ont retenus. Et la situation financière de la Pharmacie Centrale ne semble pas jouer un rôle majeur dans le comportement de ces laboratoires.

En conséquence, nous lançons un appel à toutes les parties concernées, en premier lieu aux autorités publiques, pour accélérer le règlement du problème, par une décision politique immédiate suivie de manière urgente par des mesures et mécanismes efficaces permettant, aux patients d’obtenir leurs médicaments de manière complète et ininterrompue, conformément à leurs droits constitutionnels, et de ne pas se suffire de mesures d’efficacité limitée.

Nous sommes également prêts à coopérer avec les autorités publiques concernées pour proposer des procédures et des mécanismes qui permettent d’assurer sur le terrain la fourniture de médicaments à tous les patients qui en ont besoin.

Première liste des signataires

1) Association Tunisienne de Défense du Secteur Public de la Santé et du Droit de ses Usagers

2) Association Tunisienne de Défense du Droit à la Santé

3) Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme

4) Mourakiboun

5) Association Tunisienne de Défense des Droits de l’Enfant

6) Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux

7) Médecins du Monde Belgique-Section Tunisie

8) Ligue des Électrices Tunisiennes

9) Société Tunisienne des Maladies Respiratoires et d’Allergie

10) Association Vigilance pour la Démocratie et l’État civique

11) Observatoire National des Inégalités Sociales de Santé

12) Alliance Internationale des Habitants AIH/Coordination Tunisie

13) Association Citoyenneté, Développement, Cultures et Migrations des deux Rives

14) Association Tunisienne des Femmes pour la recherche sur le Développement AFTURD

15) Association Tunisienne des Femmes Démocrates

16) Aswat Nissa

17) Groupe Tawhida Ben Cheikh

18) Syndicat National des Médecins Médecins-dentistes et Pharmaciens Hospitalo-universitaires

19) Association Perspectives El Amel Ettounsi

20) Association Tunisienne pour les Droits et les Libertés

21) Mawjoudin We exist

22) Free Sight Association.

23) Association pour la Promotion des Handicapés de Fouchana

24) Association de Développement Professionnel Continu des médecins de la santé publique de Ben Arous

25) Association de Promotion de la Citoyenneté Bizerte

26) ABC Cinéma

27) Association Maghrébine de Sécurité Sanitaire des Aliments

28) Association Tunisienne de Psychologie de la Santé

29) Psychologues du Monde Tunisie

30) COSPE Tunisie

31) Association Nachaz-Dissonnances

32) Association Culture et Développement Sbeitla

33) Association « Société du Développement et de la Citoyenneté »

34) Association Tunisienne de Santé Reproductive

 

Docteur Achouri Hedi

Docteur Annabi Thouraya

Docteur Bartita Radhia

Docteur BelHaj Yahia Moncef

Docteur Ben Amor Triki Habiba

Professeur Ben Slama Riadh

Docteur Bousselmi Béchir

Docteur Chahed Sonia

Docteur El Abassi Abdelwahed

Docteur Essaafi Sihem

Docteur Haj Amor Sina

Professeur Hamzaoui Agnès

Professeur Hsairi Mohammed

Docteur Kallel Habib

Docteur Laatiri Zied

Docteur Maksoudi Chedli

Docteur Mansouri Fethi

Professseur Marrakchi Zahr

Docteur Mzid Jaouhar

Docteur Sabri Belgacem

Docteur Sakly Mouna

Monsieur Sbaa Jameleddine

Madame Smaoui Sonia

Annexe : Liste provisoire des médicaments selon la Dénomination Commune Internationale

(DCI) manquant dans les centres de santé de base (avril 2020):

Médicaments de l’hypertension artérielle et de cardiologie

– Amlodipine (comprimé)

– Diltiazem (compimés/ gélule 60, 200 et 300 mg)

– Nifédipine (comprimé)

– Captopril (comprimés 25 et 50 mg)

– Chlorothiazide (comprimé)

– Furosémide (comprimé 40 mg)

– Molsidomine (comprimé)

– Aténolol (comprimé 50mg)

– Amiodarone (comprimé)

Médicaments du diabète

– Metformine

– Glimépiride (comprimé 1;2 ; 3 et 4 mg

Médicaments de la douleur et de la fièvre

– Paracétamol (comprimé)

Médicaments du tube digestif

– AntiH2 (Famotidine comprimé)

– N-Butyl hyoscine (Comprimé et suppositoire)

– Métoclopramide (Comprimé)

Médicaments de l’appareil respiratoire et ORL

– AntiH1(Comprimé)

– Bromhexine (Comprimé)

– Carbocystéine (sirop Enfant)

– Théophylline (Gélule 100 et 300 mg)

– Fluticasone/Salmeterol (suspension pour inhalation)

– Chlorure de soduim 9% Unidose ORL

– Eucalyptol/Galcol (suppositoires enfant et adultes)

Antibiotiques

– Erythromycine (Comprimé/Gélule)

– Doxycycline (Comprimé)

– Pyrantel (Comprimé et suspension)

Médicaments neuro-psychiatiques

– Amitriptyline(Comprimé 25 mg)

– Phénobarbital (Comprimé 50 mg)

– Prométhazine (Comprimé 25 mg)

– Vitamine E (Comprimé)

– Acide Valproique (Comprimé 500 et 200 mg)

Divers

– Tamoxifène (Comprimé20mg)

– Alphacalcidol (Comprimé 0,25μg)

– Vitamine B1B6B12 (Comprimé)

– Dermovit A+D (pommade dermique)

– Prednisone (comprimé)

– Hexatidine (solution pour bain de bouche)

– Hydrocortisone (comprimé)

– Polystyrène sulfonate (poudre)

– Azathioprine (comprimé)

– Chloroquine et Hydroxychloroquine (Comprimé).

Communiqué FTDES 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Association & organisation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Banque mondiale : Le Covid-19 pourrait annuler les progrès obtenus sur le front du capital humain au cours des dix dernières années

La pandémie de COVID-19 menace de réduire à néant les progrès durement obtenus au cours de…