Accueil Politique Diplomatie Un dîner de rupture du Jeûne (Iftar) offert par le Président de la République aux ambassadeurs des pays arabes et islamiques accrédités à Tunis

Un dîner de rupture du Jeûne (Iftar) offert par le Président de la République aux ambassadeurs des pays arabes et islamiques accrédités à Tunis

0
0

Le président de la République, Kais Saïed, a offert au palais de Carthage, en début de soirée du samedi soir 16 Mai 2020, un Iftar de rupture du Jeûne en l’honneur des ambassadeurs des pays arabes et islamiques en Tunisie.

Ont pris part à ce dîner d’Iftar, en plus des représentants des missions diplomatiques accréditées à Tunis, le ministre des Affaires étrangères, Noureddine Erray, le Mufti de la République, Cheikh Othman Battikh, le gouverneur de Tunis, Chadli Bouallègue et Mme le maire de Tunis, Souad Abderrahim.

Le Président de la République a prononcé une allocution lors de laquelle il a chargé les ambassadeurs présents de transmettre les sentiments de fraternité les plus sincères aux dirigeants des pays qu’ils représentent et à l’ensemble de la nation musulmane. Par le biais du doyen du corps diplomatique, il a salué tous les Africains et a adressé également un salut particulier à S.E. l’ambassadeur palestinien Hael Al Fayoum, et à travers lui à tout le peuple palestinien, rappelant la position de principe de la Tunisie qui soutient la cause palestinienne et les droits légitimes du peuple palestinien à établir son État indépendant avec Al Qods comme capitale.

Dans son discours, le chef de l’État a rappelé les deux livres d’Ibn Sina « Al-Shifa » et « Al-Qanoun », notant que la philosophie était influencée par la médecine d’Ibn Sina et que la médecine était influencée elle aussi par sa philosophie, soulignant l’influence de ces œuvres sur la pensée islamique arabe.

Il a ajouté que la guérison de la pandémie de Corona, qui s’est propagée dans le monde et d’autres maladies et épidémies, nécessite une guérison par la pensée, et que la loi, et non en science médicale selon le concept d’Ibn Sina, doit à son tour être révisée pour être efficace.

Il a indiqué que le monde entier aujourd’hui est entré dans une nouvelle étape, qui nécessite une nouvelle réflexion, de nouveaux concepts et divers outils de travail, d’autant plus que ce que nous vivons aujourd’hui est sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Le Président de la République a affirmé les valeurs de synergie et d’entraide entre les différents pays, appréciant la conviction qu’il a reçue de tous les dirigeants des pays frères et amis de la nécessité de la solidarité durant cette pandémie, indiquant que ce n’est pas par hasard que la Tunisie ait soumis un projet de résolution au Conseil de sécurité afin que cette pandémie soit traitée au niveau international, soulignant que la paix et la sécurité mondiales exigent que tous les pays travaillent ensemble pour préserver la santé des citoyens, qui fait partie des droits humains fondamentaux.

Il a souligné entre-autres que la nécessité de nouvelles lois au pays et à l’étranger pour parvenir à la guérison, non seulement au niveau de la santé, mais aussi à tous les autres niveaux, afin de guérir l’humanité tout entière.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Diplomatie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Deux cargos militaires chargés d’aides alimentaires et sanitaires s’envolent pour Beyrouth

Sur instructions du président de la République, Kais Saïed, deux avions cargos de l’…