Accueil économie Tourisme Les Algériens appelés à « invoquer ALLAH pour mettre fin au fléau du Coronavirus dans le pays » et la Tunisie sera privée du « tourisme algérien » cet été

Les Algériens appelés à « invoquer ALLAH pour mettre fin au fléau du Coronavirus dans le pays » et la Tunisie sera privée du « tourisme algérien » cet été

0
0

La Tunisie qui a tout prévu pour ouvrir largement ces passages frontaliers à nos frères les touristes algériens, devrait désenchanter pour le moment, car le gouvernement algérien a décidé de maintenir fermées ses frontières, faisant suite à une flambée du Covid-19 dans tout le pays.

Cette situation risque fort d’impacter l’économie de la Tunisie et fausser pratiquement tous ses calculs, après avoir compté sur l’arrivée « massive » des touristes algériens.

A noter que le pays a connu une nette augmentation de la contagion par le Coronavirus, durant ces deux dernières semaines, et selon les statistiques officielles, l’Algérie compte ce jeudi 2 Juillet 2020 à 9h00 du matin : 14.272 cas positifs de Covid-19 et 920 morts.

Face à cette situation, le président de la République Abdelmadjid Tebboune «a ordonné le maintien de la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes jusqu’à ce que Dieu nous libère de ce fléau», précise le communiqué de la présidence.

Deux experts se sont exprimés au sujet de cette délicate situation.

Tout d’abord Moez Kacem, l’Universitaire tunisien et expert en tourisme :

«La Tunisie a classé les pays en trois catégories : vert, orange et rouge, selon le niveau de contagion de la pandémie. Le gouvernement tunisien a cependant fait deux exceptions pour l’Algérie et la Libye, qui seront régies par des conventions bilatérales. Bien sûr, nous suivons de très près la situation sanitaire de nos voisins, notamment de l’Algérie. Il faut que les conditions sanitaires soient favorables pour que la Tunisie puisse accueillir les touristes dans de bonnes conditions.»

Le spécialiste tunisien poursuit : «Mais tout ceci n’aura un sens que lorsque l’État algérien ouvrira ses frontières, ce qui n’est pas le cas actuellement».

Moez Kacem a ajouté que : «La Tunisie a besoin du marché algérien pour atténuer l’impact de la crise économique, mais cela ne pourra pas se faire dans n’importe quelles conditions».

De ce fait, la logique voudrait que la clientèle qui ne peut accéder aux plages et aux loisirs tunisiens soit récupérée par le secteur touristique algérien.

Pour sa part, Saïd Boukhlifa, Expert international en tourisme, a répondu à Moez Kacem : «Le maintien de la fermeture des frontières ne va pas profiter au secteur du tourisme algérien puisqu’il est pratiquement inexistant».

Ceci dit, l’été 2020 sera probablement l’été de la « ghomma » pour tous ces Algériens qui seront contraints de demeurer bloqués dans leur pays.

«L’Algérie n’a pas les capacités pour accueillir son tourisme interne. Il n’y que 50.000 lits en bord de mer pour une demande estimée annuellement à 2 millions de touristes. Et cet été, la demande sera encore plus importante. Les quelques hôtels situés sur la côte sont complets durant toute la période estivale malgré le départ de millions d’Algériens vers la Tunisie, mais aussi vers la France, l’Espagne, le Maroc, la Turquie et l’Égypte. Nos hôteliers n’ont jamais chômé. Je ne parle même pas des conditions d’hébergement qui sont en dessous des normes pour des prix dépassant largement ceux de la Tunisie, où le service est très convenable», a précisé Saïd Boukhlifa.

Le porte-parole officiel du Comité scientifique algérien pour la lutte contre la pandémie, Dr  Djamel Fourar, a lancé quant à lui ce message :

«Je demande aux Algériens de faire des douâa (invocations) afin qu’Allah mette un terme à ce fléau».

Dr Djamel Fourar, porte-parole du Comité scientifique Covid-19

Source

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Tourisme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Elyès Fakhfakh constate l’étendue du respect des mesures préventives liées au COVID-19 à l’aéroport de Tunis-Carthage

Le Chef du gouvernement chargé de gérer les affaires courantes, Elyès Fakhfakh, a rendu ég…