Accueil économie La STB occupe des rangs avancés en Ratios de liquidité, avec une croissance attendue de ses bénéfices consolidés de 112%

La STB occupe des rangs avancés en Ratios de liquidité, avec une croissance attendue de ses bénéfices consolidés de 112%

0
1

La Société Tunisienne de Banque, devrait connaître une croissance significative de ses bénéfices consolidés pour l’année 2017, de plus de 112% par rapport à 2016, soit plus de 18 Millions de dinars, selon l’ analyse de l’activité du secteur bancaire recensée en 2017 et publiée par la Direction des recherches et des études de l’intermédiaire en Bourse ‘Arab Financial Consultants – AFC’, ainsi que les indicateurs d’activité des banques enregistrés le 31 décembre 2017.

Selon la même analyse, la Société Tunisienne de Banque s’est classée deuxième du point de vue taux de croissance en 2017, en ce qui concerne le Produit Net Bancaire (PNB), résultant des Revenus des portefeuilles des titres commercial et d’investissement, sachant qu’ils ont progressé de 48,5%, soit une estimation de 121,7 Millions de dinars.

La banque a occupé également des rangs avancés du point de vue ‘ratio de liquidité’ où elle s’est classée 4ème en ce qui concerne le ratio de liquidité simple (dépôts /crédits), avec un taux de 95,8%, comme elle a occupé la seconde place du point de vue ‘Proportion des dépôts à vue et d’épargne dans le total des dépôts’, avec un taux de 80,8%. Ce critère mesure la liquidité de la banque, à savoir sa capacité à respecter les ultimes échéances, du fait que les banques disposant d’une part importante de dépôts d’épargne et de dépôts à vue se trouvent dans une position confortable, capables d’honorer leurs engagements avec le minimum de ressources.

Il convient de noter qu’en 2015, la banque a bénéficié d’une capitalisation de 555,800 Millions de dinars afin de lancer une réforme structurelle pour sauver l’institution et la faire sortir de sa situation.

La STB a entamé également, en 2015, une opération complexe de réforme et de correction de son processus qui a débuté d’abord par une sorte d’assainissement, à travers duquel la Direction de l’institution a organisé les opérations financières et régularisé la situation financière de l’institution. Cette étape, qui s’est déroulée avec succès, a permis de démarrer une autre étape plus complexe que la première, puisqu’il s’agit de la ‘restructuration’.

Restructuration

Dans ce contexte, la STB a mis en exécution un plan intégré pour la restructuration, basé essentiellement sur la gouvernance et le Management, dont a résulté le recrutement de 250 jeunes dans des domaines de spécialisation dans lesquels la banque souffrait d’un manque, tels que l’informatique, les réseaux, et les logiciels, et parallèlement 280 salariés ont été démobilisés volontairement. La banque s’est lancée entre-autres dans l’application d’un programme visant à la Digitalisation de l’institution et à développer ses services, tout en introduisant de nouveaux services pour ses clients et à développer les services à l’international.

Le succès des premières étapes du processus de restructuration s’est traduit par une amélioration de l’ensemble des indicateurs financiers de la banque, à savoir : l’augmentation du PNB de la STB en 2017 de 19,9%, par rapport à fin décembre 2016, pour atteindre 371,2 Millions de dinars. Cette croissance est due à une augmentation des revenus bancaires de 18,7%, soit 626,4 Millions de dinars, ainsi que les charges d’exploitation qui ont grimpé à 17%, soit 255,2 Millions de dinars. Les dépôts des clients quant à eux ils ont augmenté de 7,9%, pour se situer à 5,87 Milliards de dinars, comme suit :

-Dépôts à vue: + 6,7% pour s’établir à 2,22 Milliards de dinars, représentant 37,8% du total des dépôts.

-Gains d’épargne: 8,8% pour atteindre 2,52 Milliards de dinars ou 42,9%.

-Dépôts à terme: + 8,8% soit 953,8 Millions de dinars représentant une part de 16,2%.

-Les crédits nets octroyés à la clientèle ont augmenté de 10,4%, à 6,13 Milliards de dinars, à la fin de décembre 2017, contre 5,55 Milliards de dinars l’année précédente.

-En outre, le coefficient d’exploitation a augmenté de 5 points pour atteindre 52,9% en 2017 (47,7% en décembre 2016). Cela inclut le coût de la restructuration sociale.

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans économie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

OiLibya devient OLA Energy en Tunisie et en Afrique

Lors d’une cérémonie tout à fait digne de sa renommée dans le domaine de la distribution d…