Accueil News Médias Quand le journal espagnol « El Pais » qualifie Abir Moussi de « Lionne de l’ancien régime en Tunisie »

Quand le journal espagnol « El Pais » qualifie Abir Moussi de « Lionne de l’ancien régime en Tunisie »

0
1

Le quotidien espagnol « El Pais » a publié un article rédigé par le journaliste RICARD GONZÁLEZ, en date du 7 Septembre 2020, sous le titre : Abir Moussi la « Lionne de l’ancien régime en Tunisie » – La présidente d’un parti créé après la chute de Ben Ali se déclare héritière de la dictature et ennemie des islamistes.

Découvrez l’article original sur El Pais

Lire le texte intégral de l’article traduit par Google :

«  Personne ne peut accuser Abir Moussi (Jemmal, 45 ans) d’être hypocrite ou lâche. En mars 2011, lorsque les autres dirigeants du régime renversé de Ben Ali ont fui la Tunisie ou changé de veste pour s’adapter au nouvel ordre politique, elle était la seule avocate à oser défendre le RCD, le parti du dictateur en fuite, devant le tribunal. Moussi n’a pas pu empêcher la dissolution de la formation, dont elle était secrétaire générale. Ci-dessus, en sortant du tribunal, elle a été insultée et secouée et a dû se protéger dans un poste de police voisin. Cependant, après presque 10 ans d’instabilité et de crise économique dans le pays, le vent souffle désormais en faveur des nostalgiques de la dictature, et Moussi, qui préside aujourd’hui un parti, mène déjà les sondages.

Fille d’un enseignant et d’un policier, Moussi a déjà appris dans son enfance l’importance des valeurs d’ordre et d’obéissance à l’autorité. Aussi l’adoration d’Habib Bourguiba, le père autocratique de l’indépendance tunisienne, dont le portrait ornait les murs de la maison familiale. Bourguiba, également né dans la province de Monastir, a imposé un projet de modernisation et de sécularisation du pays qui comprenait l’approbation du code de la famille le plus progressiste de la région. Le Parti Destourien Libre (PDL), fondé par un ministre vétéran de l’évincé Ben Ali, et dont Moussi est devenu président en 2016, est considéré comme l’héritier de son mouvement politique, Neo-Destour.

Tant sur les murs du quartier général du PDL que dans les discours de son président, Bourguiba éclipse Ben Ali, sans que ce sens nie l’héritage de ce dernier. « Il y avait de bonnes et de mauvaises choses, mais l’économie et la sécurité étaient bonnes », a glissé Moussi lors d’une réunion avec la presse étrangère avant les élections présidentielles de l’hiver dernier, au cours desquelles il a obtenu un modeste 4% des voix. Devant les correspondants, il a maintenu un geste distant, et parfois une attitude pointilleuse. Probablement parce qu’il est conscient que sa croyance que les sources arabes, dont la Tunisie était le berceau, sont issues d’une conspiration étrangère ne sont pas très populaires en Occident. « [La liberté d’expression] ne suffit pas, elle n’apporte pas de stabilité, ni un État fort, ni ne nourrit », a-t-il déclaré sèchement.

Comme d’autres dirigeants politiques du lot populiste actuel, le phénomène Moussi est né sur les écrans de télévision. Soit en raison des relations bénalistes des propriétaires de certaines chaînes tunisiennes, soit en raison de sa capacité à s’engager dans des discussions houleuses, Moussi est devenue un rassemblement social omniprésent dans la période post-révolutionnaire. Elle est également présente sur les chaînes saoudiennes et émiraties, suscitant des rumeurs de financement hypothétique du Golfe. Elle le nie, mais lors d’un récent débat, elle a refusé de commenter l’accord de normalisation israélo-émirat. « C’est une question interne aux Emirats », a-t-il simplement dit.

«La base de son charisme est son caractère combatif et le fait de rester ferme dans ses principes. D’ailleurs, savoir le vendre avec un bon spectacle », estime l’analyste Youssef Chérif. Pour cette raison, cette femme corpulente a valu le surnom de «lionne» dans les médias tunisiens, et dans certains français le surnom de «passiflore tunisienne». «Après l’arrivée au pouvoir de plusieurs partis pendant la transition et sa direction laxiste, elle est désormais considérée comme la seule alternative», ajoute-t-il.

Son programme s’articule autour de la construction d’un «État fort», véritable obsession, et d’une réforme constitutionnelle pour transformer le système politique en un système présidentiel. Cependant, son principal atout est un anti-islam furieux. Il y a quelques mois, il a même déposé une motion visant à déclarer les islamistes modérés d’Ennahda une organisation terroriste, qu’il appelle khouanjis, un terme péjoratif pour les Frères musulmans. En fait, il réclame son interdiction depuis des années. «Nous n’avons aucun lien avec la Fraternité», insiste Ridha Driss, chef d’Ennahda, le parti qui a obtenu le plus de voix lors des dernières élections.

Désenchantement populaire

Le désenchantement populaire et le déclin d’autres partis bourguibiens, tels que Nida Tounès ou Qalb Tounès, ont porté le PLD de Musi à 35% d’intention de vote dans un récent sondage. Parmi sa base, Raouf, un chauffeur à la retraite qui considère que la «lionne» est la seule «à avoir le courage de défier les islamistes». «Pour certains jeunes qui ne connaissaient pas le benalisme, maintenant le système est représenté par les islamistes. Elle représente le changement », déclare Chérif, sceptique quant à sa capacité à maintenir le pouvoir si elle l’atteint:« Le parti, ce n’est qu’elle, il n’a pas de véritable structure. De plus, la situation économique est si mauvaise que tous les gouvernements sont incendiés immédiatement, et le vôtre ne serait pas une exception ».

Bien que le Parlement ait récemment accordé sa confiance à un nouvel exécutif, on pense que son espérance de vie sera courte, et Moussi se frotte déjà les mains avec une hypothétique élection anticipée. Probablement, le seul capable d’empêcher sa victoire est le président Kais Saïed, un indépendant qui a balayé en octobre dernier avec plus de 70% des voix. »

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans Médias

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Sous les projos : Ghada Maatouk

Ghada Maatouk (en arabe: غادة معتوق) née le 11 mai 1998 à la Marsa, Tunisie. Elle est une …