Accueil économie Le Maroc réfléchit à un nouveau modèle de développement : Conseillé et soutenu par José Luis Zapatero, ancien Premier ministre espagnol

Le Maroc réfléchit à un nouveau modèle de développement : Conseillé et soutenu par José Luis Zapatero, ancien Premier ministre espagnol

0
0

Idris Lashkar, premier secrétaire du Parti de l’Union socialiste des forces populaires au Maroc, a déclaré que changer le modèle actuel de développement dépend de l’abandon des privilèges de certains bénéficiaires existants et de leur répartition équitable, tout en soutenant l’idée d’un État non-neutre qui soit toujours dans les rangs des pauvres, et les opprimés.

 

 

Il a ajouté, lors de la clôture de la journée d’information, que son parti a critiqué, depuis 2008, le modèle de développement actuel au Maroc, considérant qu’il crée de grands projets, sans que ces derniers se reflètent sur le développement social, ni n’améliorent la situation des pauvres, rappelant que l’Union socialiste s’est penché sur un nouveau modèle de développement fondé principalement sur l’investissement et la justice territoriale, et ce, lors de son neuvième Congrès national.

Il a présenté quelques axes reflétant la vision de son parti envers le nouveau modèle de développement, exprimant le besoin de traduire les capitaux marocains en un développement régional visant principalement à impliquer les femmes et les jeunes, à traiter tous les déséquilibres sociaux au Maroc, à renouveler l’approche sectorielle de l’investissement pour faire face aux défis internationaux, et en plus renforcer la présence de la question sociale dans le nouveau modèle.

 

 

Lashkar a souligné la nécessité de réviser le système électoral représentatif et les problèmes qui en ont découlés, notamment les mouvements d’Al Hoceima et de Jaradah, ajoutant que les manifestants n’ont trouvé aucun représentant pour les encadrer dans leur sortie dans la rue. Il a appelé le ministère de l’Intérieur à ouvrir un dialogue sérieux et immédiat sur les lois régissant les élections, et à ne pas attendre la veille du vote de 2021, car cela n’apporterait pas de solutions.

Et au sujet du nouveau concept de développement, il a insisté sur la nécessité de mettre l’accent sur plusieurs volets, y compris le volet institutionnel, en contournant la crise de représentation au niveau du modèle de vote, dont le pays en paye le prix depuis 15 ans, ce qui a contribué à l’affaiblissement des élus et le développement de la corruption électorale à travers l’odieuse charité, l’argent et l’achat des voix. Lashkar ajoute, en soulignant que le Maroc a besoin d’opter pour le nouveau modèle de développement, afin d’augmenter la productivité et renforcer le pouvoir d’achat des catégories nécessiteuses. Il a expliqué que la politique budgétaire actuelle peut conduire à la faillite des entreprises, à la perte d’emplois et au déclin des réserves financières.

Dans le même contexte, le Premier secrétaire du parti de l’Union socialiste a indiqué que l’État est obligé de couper dans l’expectative, et entamer la réforme du système éducatif, rejetant une série de comportements dispatchés dans la classe politique qui prône la survie du système éducatif tel qui est, tout en inscrivant leurs propres enfants aux écoles privées.

De son côté, José Luis Zapatero, ancien Premier ministre espagnol, invité à cette journée d’information, a déclaré lors d’une impressionnante intervention que l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc est une condition absolue pour le succès du nouveau modèle de développement, notant que la communauté internationale doit comprendre qu’il n’y a pas de stabilité au Maroc sans Sahara marocain. Il a ajouté que cette question, si elle est résolue, sera en faveur de l’ensemble de la région.

L’ancien dirigeant du parti socialiste travailliste d’Espagne a déclaré que la stabilité politique est une condition préalable au progrès et que le Maroc a garanti cela grâce aux réformes des droits et des politiques qu’il a initiés, soulignant la nécessité pour le Royaume de poursuivre ses efforts pour instaurer la sécurité dans la région, considérant le Maroc un pays ouvert à tous, préservant en même temps ses racines.

 

 

Zapatero a conseillé au Maroc de se focaliser sur divers enjeux, notamment la promotion du secteur industriel, précisant qu’après le succès de l’industrie automobile, il est devenu nécessaire d’ouvrir la porte à d’autres secteurs industriels, notamment les industries environnementales dans lesquelles le Maroc connaît un développement important, particulière en ce qui concerne les énergies renouvelables et les changements climatiques.

Zapatero a déclaré que le Maroc doit également assurer la sécurité alimentaire en soutenant l’industrie agro-alimentaire et la diversification de son activité agricole, après que des centaines de milliers de citoyens aient intégré la classe moyenne, augmentant ainsi leurs besoins de consommation.

Il a souligné que le tourisme est lui aussi un secteur important pour le Maroc, compte tenu du grand développement touristique et de sa grande contribution PIB, tout en saluant la disponibilité de tous les éléments au Maroc pour devenir un pionnier du tourisme en raison de sa proximité avec l’Europe.

Zapatero a incité à s’intéresser à l’éducation et l’augmentation du nombre d’années de scolarisation, et éradiquer l’analphabétisme, tout en enseignant aux gens comment tirer profit de l’éducation, en soutenant le talent et l’innovation, ajoutant que la question des femmes est à son tour décisive pour soutenir le développement, il n’y a pas de développement sans assurer l’égalité entre les hommes et les femmes, dans tous les domaines.

Il a conclu son intervention en disant que la prochaine mission de l’Union socialiste est de gagner les échéances de 2021, avec comme obligation de rassembler tous les éléments de la Gauche, et ce que les fédéralistes disent aux masses, c’est ce en quoi ils croient vraiment, soulignant entre-autres qu’il demeure à la disposition du parti pour toute aide afin qu’il remporte la victoire électorale.

 

 

Source

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Anouar Chennoufi
Charger plus dans économie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

La Chaîne de télévision TELVZA TV diffusera dimanche soir un débat exclusif avec Radhouane Ayara, ministre du Transport, qui s’expliquera sur le cas du bateau Ulysse

Le ministre du Transport, Radhouane Ayara, sera l’invité de la Chaîne de télévision …