Dans une interview accordée au Huffpost Tunisie, l’ancien vice-président de l’association Shams Hedi Sahly vient d’annoncer que la France lui a attribué le statut de réfugié politique: « La décision est motivée par le fait que je suis persécuté dans mon pays et menacé de mort pour mon homosexualité » a-t-il déclaré.

Défendant la cause LGBT, les membres de l’association Shams ont souvent reçu des menaces! Ne se sentant pas en sécurité en Tunisie, Hedi est parti en France en 2015 :  » Ce n’est pas la première fois que je reçois des menaces de mort et je ne suis pas le seul mais cette fois-ci, le danger était tel que j’ai été sommé par ma famille de quitter le pays à la hâte. Mon oncle travaillant au ministère de l’Intérieur m’a informé que mon nom figurait dans un rapport contenant le nom de personnes menacées en Tunisie. Je n’ai été informé par aucune source officielle du ministère mais par des circuits officieux. »

 

Charger plus d'articles
Charger plus par 
Charger plus dans Societé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

La Tunisienne Zyna Mejri parmi les 10 candidats au Titre « Avocat de l’année » dans le domaine des droits de l’homme en Afrique

Plus de 150 jeunes africains (hommes et femmes), ainsi que des organisations de 35 pays af…